Pour être sûr(e) de recevoir nos prochains courriels, ajoutez lena.baraud@uicn.fr à votre carnet d’adresses.
 
 
 
 
Juin 2020  
 
 
Lettre d'actualités "Espèces"
Tortue verte (Chelonia Mydas) aux Antilles © Fabien Lefebvre
 
Nouvelles de la Commission et du programme "espèces" du Comité français de l'UICN
 
 
Bonjour,

Voici le troisième numéro de la lettre d’actualités, élaborée avec la contribution des membres de la Commission "espèces" du Comité français de l'UICN.

La diffusion de ce bulletin est désormais étendue au-delà du réseau des membres de la Commission, pour faire connaître à tous ceux qui le souhaitent les actualités des experts et du programme du Comité français de l’UICN. N’hésitez pas à le faire suivre à tous ceux qui pourraient souhaiter s’y abonner (lien d'inscription).

N’hésitez pas également à nous faire part de votre avis et de toute remarque, qui nous aideront à améliorer cette lettre et à élaborer les prochains numéros.

Bonne lecture !
 
 
Actualités des membres de la Commission
 
Sotalie (Sotalia Guianensis), espèce endémique du plateau des Guyane et classée
Campagnes d'études des cétacés et des oiseaux marins de Guyane
 
Plusieurs campagnes en mer ont été réalisées ces dernières années en Guyane, de la côte au milieu océanique, afin d’améliorer les connaissances sur les cétacés et les oiseaux marins. Les données récoltées au cours des campagnes GEPOG 2011-2012, COHABYS 2018 et OSL 2018 ont ensuite été compilées et analysées dans le cadre d’une étude spécifique.
 
Les résultats montrent que les eaux guyanaises sont fréquentées par des communautés d’oiseaux marins et de cétacés d’une grande diversité : 16 espèces de cétacés ont été identifiées ainsi que 30 espèces d’oiseaux marins. Parmi elles, 2 espèces de cétacés et 8 espèces d’oiseaux marins sont classées menacées dans la Liste rouge de la faune vertébrée de Guyane et/ou la Liste rouge mondiale de l'UICN.

La distribution et la phénologie des principales espèces ont été étudiées ainsi que la variabilité spatiale et saisonnière des communautés. Ces analyses montrent par exemple que le plateau continental constitue en saison sèche une zone de nurserie pour les baleines à bosse de l’Atlantique Sud ou encore que le tombant est un site d'estivage majeur pour les populations caribéennes de sternes fuligineuses.

La Guyane porte donc une responsabilité importante pour la préservation de la biodiversité de la grande faune marine en outre-mer. Cependant, beaucoup reste à faire pour mieux la connaître et renforcer sa protection. L'un des moyens serait d’augmenter la superficie d’aires marines protégées, qui se limite, hors zone littorale, aux 79 km² de la Réserve naturelle nationale de l’île du Grand Connétable.
 
 
Pour en savoir plus :
   - Consulter la page du projet sur le site de l’association Ocean Science & Logistic (OSL)
   - Consulter le site du Groupe d’Étude et de Protection des Oiseaux de Guyane (GEPOG)
   - Consulter le site de la Cellule COHABYS de l’Université de La Rochelle
   - Contact : Claire Pusineri (Ocean Science & Logistic)
 
 
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Mieux comprendre la dynamique des juvéniles de Tortues vertes pour mieux les conserver
 

Après plus de 40 ans de travaux sur les adultes de tortues marines dans l’océan Indien, un nouveau projet de l’Ifremer a permis d'obtenir des avancées majeures dans la compréhension de la dynamique spatiale des juvéniles de Tortues vertes (Chelonia mydas) dans l’océan Indien occidental. Ce projet a mis en évidence la forte capacité d’adaptation des stades juvéniles à leur environnement direct, une qualité indispensable dans le contexte du changement climatique, mais aussi le fait que le recrutement de ces stades sur chaque site était dépendant de la courantologie à large échelle.
 
Si à l’heure actuelle le statut des tortues marines se base essentiellement sur les données acquises sur les individus reproducteurs, de telles connaissances sur les futures générations de reproducteurs sont indispensables pour prévoir l’évolution des populations fragiles de ces espèces. 
 
 Pour en savoir plus :
   - Consulter la Liste rouge sur la faune vertébrée des TAAF et sur la faune de La Réunion
   - Lire les articles publiés dans les revues Mouvement Ecology et Genes
   - Lire le communiqué de presse de l'Ifremer
   - Contact : Jérôme Bourjea (Ifremer)
 
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Lancement de deux projets innovants pour une pêche durable en Guyane
 
 
La richesse des eaux guyanaises se caractérise par un nombre important de grands vertébrés marins, dont la Sotalie (Dauphin de Guyane) et trois espèces de tortues marines (la Tortue luth, la Tortue olivâtre et la Tortue verte), toutes considérées aujourd’hui comme menacées.
 
Les pêcheurs professionnels de la Guyane, sensibles à la problématique des captures accidentelles, ont affiché leur volonté de contribuer à réduire ces dernières en proposant une collaboration avec les acteurs qui œuvrent en faveur de la biodiversité. C’est ainsi que le CRPMEM (Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins) et le WWF (Fonds mondial pour la nature) travaillent ensemble depuis 2005 à la recherche de techniques innovantes pour soutenir cette démarche.

Deux nouveaux projets conciliant protection de la biodiversité et développement économique du secteur de la pêche, s’inscrivant tous deux dans les objectifs du plan national d’actions en faveur des tortues marines, seront lancés à partir de 2020.
 
 Pour en savoir plus :
   - Consulter la Liste rouge de la faune vertébrée de Guyane
   - Lire l'article sur le site du Réseau tortues marines de Guyane
   - Contact : Anaële Sacchettini (OFB)
 
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Conservation du Méliphage toulou en Nouvelle-Calédonie
 
 
Le Méliphage toulou (Gymnomyza aubryana) est une espèce de passereau endémique de la Nouvelle-Calédonie. Il est inféodé à la forêt humide qui s'étendait historiquement sur la plus grande partie de la Grande-Terre où la présence humaine remonte à environ 3 300 ans. Celle-ci a marqué le début de la déforestation qui a entraîné le morcellement des habitats forestiers. Il en résulte un patchwork de forêts humides qui ne couvrent plus que 25% de leur surface initiale. Même si le toulou n'a jamais dû être une espèce abondante, il était sans doute initialement réparti sur l'ensemble de l'île. Du fait de la fragmentation de son habitat, sa population devait être scindée en deux sous populations au nord et au sud de l'île. À présent, l'espèce est considérée comme disparue de la Province Nord où sa dernière observation remonte à 2011.
 
En revanche, le Toulou subsiste encore en Province Sud où il est cantonné au Parc Provincial de la Rivière Bleue (PPRB) et aux quelques massifs forestiers qui le jouxtent. À la perte d'habitat, s'ajoute la pression exercée par les mammifères introduits. Ses effectifs montrent une tendance à la baisse et l'espèce est classée "En danger critique" d'extinction, ce qui en fait l'un des oiseaux terrestres les plus menacés de la Nouvelle-Calédonie.

Face à ce constat, la Province Sud et le PPRB ont décidé de financer une étude (actuellement en cours) sur la biologie et l'écologie du Toulou avec pour but de déterminer les menaces qui pèsent sur l'espèce et les mesures à mettre en œuvre pour assurer sa sauvegarde.

Pour en savoir plus :
- Lire l'article de Cassan et al. dans le Courrier de la Nature
- C
ontact : Pascal Villard (ornithologue indépendant)
 
 
Actualités du programme "Espèces"
 
Publication de la Liste rouge de la faune de Martinique
 
Publiée en avril 2020, la Liste rouge de la faune de Martinique montre que près de 15 % des 427 espèces indigènes évaluées sont actuellement menacées. L'analyse des différents groupes d'espèces (oiseaux, mammifères, reptiles, amphibiens, mollusques terrestres et d’eau douce, poissons et macro-crustacés d’eau douce, libellules, papillons de jour, mante, phasmes et une partie des coléoptères) fait apparaître un grand nombre de menaces et de forts enjeux de conservation. La situation est préoccupante puisque 15 espèces ont déjà disparu, 62 sont menacées et 56 autres sont quasi menacées.
 
En savoir plus
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Publication de la Liste rouge des coraux constructeurs de l'océan Indien
 
Publiée en juin 2020, la Liste rouge des coraux constructeurs de récifs de La Réunion, de Mayotte et des îles Éparses a porté sur l’ensemble des coraux de l’ordre des scléractiniaires, les coraux de feux, le corail bleu et le corail orgue. Parmi les 301 espèces évaluées au total, 15 % sont menacées ou quasi menacées à La Réunion, 12 % à Mayotte et 6 % dans les îles Éparses. Au terme de l’état des lieux, ces espèces qui constituent les écosystèmes parmi les plus riches et les plus diversifiés des océans apparaissent sous pression.
 
En savoir plus
 
Actualités internationales de l'UICN
 
Mise à jour de la Liste rouge mondiale
 
La Liste rouge mondiale de l'UICN a connu sa dernière mise à jour en mars 2020 (version 2020-1).

Au total 116 177 espèces sont désormais évaluées, dont 31 030 sont menacées. On trouve notamment parmi les espèces menacées 41 % des amphibiens, 14 % des oiseaux, 25 % des mammifères, 30 % des requins et raies, 33 % des coraux constructeurs de récifs et 34 % des conifères.

Dans cet état des lieux, la France figure parmi les 10 pays hébergeant le plus grand nombre d'espèces menacées, avec un total de 1 546 espèces menacées au niveau mondial présentes sur son territoire, en métropole et en outre-mer.
 
En savoir plus
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Report du Congrès mondial de l'UICN
 
En réponse au contexte pandémique actuel du COVID-19, l'UICN et le gouvernement français ont décidé de reporter le Congrès mondial de l'UICN prévu à Marseille, initialement programmé en juin 2020, du 7 au 15 janvier 2021.

 
Inscriptions :  
Les participants déjà inscrits conservent leur inscription au congrès. Dans le cas où certains ne seraient plus en mesure de venir, ils peuvent s'ils le souhaitent transférer sans frais leur inscription à un autre participant. Les annulations, quant à elles, doivent se faire au plus tôt. Pour les personnes non encore inscrites, un nouveau calendrier d'inscription a été défini. 
 
 
Programmation : 
Le programme du Congrès mondial avec les nouvelles dates et les changements d'horaires des événements du Forum est consultable en ligne.

La programmation des pavillons y sera intégré à partir de l’automne (fin octobre – début novembre). 
 
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
CDC/ Alissa Eckert, MS; Dan Higgins, MAMS.
Déclaration de l'UICN sur la pandémie de COVID-19
 
Alors que le monde entier continue de lutter contre la pandémie de COVID-19, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) souhaite exprimer sa solidarité envers toutes les personnes déjà directement touchées par le virus dans le monde. Nos pensées vont à toutes les populations vulnérables, en particulier celles souffrant déjà des ravages de la dégradation environnementale, dont beaucoup ne disposent que d’un accès limité à des soins de santé adéquats pour des raisons financières ou géographiques.
 
En savoir plus
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Le COVID-19 : un symptôme de la crise de la biodiversité
 
Face à l’épidémie mondiale de Covid-19 due à la propagation d’un nouveau coronavirus, les prises de parole des scientifiques de l’écologie se sont multipliées au printemps pour alerter sur le lien entre les atteintes que nous faisons subir à la biodiversité et l’émergence de nouvelles maladies infectieuses épidémiques. Pour le Comité français de l’UICN comme pour ces chercheurs, la destruction des habitats naturels, le commerce et la consommation d’animaux sauvages exotiques et les perturbations de toutes sortes imposées aux écosystèmes par les activités humaines, engendrent des déséquilibres écologiques importants qui créent de plus en plus de possibilités de passage des micro-organismes issus de la faune sauvage vers les humains.
 
En savoir plus
 
Evénements
 
Océan (Pixabay - michasager)
Webinar AJE-JNE-Comité français de l'UICN : l'océan, bien commun de l'Humanité
 
Dans la perspective du Congrès mondial de l'UICN, les journalistes de l'AJE, des JNE et le Comité français de l'UICN ont organisé une rencontre virtuelle le mardi 9 juin 2020. Suite à la journée mondiale des Océans (8 juin 2020), le sujet était consacré à la protection de la biodiversité marine menacée par la pollution plastique. Deux des motions présentées lors des discussions ont été portées par le programme "espèces" du Comité français de l'UICN : 
- Renforcer la protection des mammifères marins par la coopération régionale (motion 118)
- Mettre fin à la crise mondiale de la pollution plastique dans les milieux marins d’ici à 2030 (motion 022)
 
Revoir le webinaire
 
Ouvrages et publications
 
HERP me !
 
Initiée en janvier 2020, HERP me! est une revue électronique naturaliste libre d’accès qui propose des articles richement illustrés sur les amphibiens et les reptiles de France. L’objectif de cette nouvelle revue est de mettre à disposition de tous des informations récentes et pratiques sur cette faune encore trop méconnue. Ceci inclut des éléments d’aide à l’identification pour favoriser la qualité des données (clés de détermination, guides de terrain, catalogues illustrés) mais également des atlas de répartition, des rapports d’études ou d’inventaires pour faire rêver et des livres rouges sur les espèces animales menacées. Un comité éditorial est à pied d’œuvre pour recevoir vos contributions alors n’hésitez pas à envoyer vos propositions à herpme@lashf.org
 
Pour en savoir plus et consulter les premiers numéros
 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Guide sur les espèces marines protégées
 
Paru en mars 2020, ce guide répertorie sous forme de fiches de deux pages l'ensemble des espèces marines protégées en droit français à l'exclusion des oiseaux. On y retrouve plus particulièrement les espèces présentes sur le territoire national et dans les espaces maritimes sous souveraineté et sous juridiction française où le code de l'environnement s'applique.

Le principal objectif de ce guide est de fournir un outil de terrain pratique pour aider les agents de contrôle dans l’exercice de leurs missions de police de l’environnement en mer. Pour ce faire, les fiches donnent quelques éléments de reconnaissance, d’écologie et de répartition pour permettre l’identification des espèces, ainsi que le cadre juridique applicable.

Il est issu d’un travail collaboratif entre l’Agence française pour la biodiversité (AFB, devenu depuis le 1er janvier 2020 l'OFB) et l’École nationale de la sécurité et de l’administration de la mer (Ensam).
 
Pour en savoir plus
 
Autres lettres d'informations de l'UICN
 
 
Les autres lettres d'actualités du programme "espèces" du Comité français :
 
- Lettre d'informations du Centre de ressources EEE : numéro 8 - mars/avril 2020
- Lettre d'informations de l'initiative sur les EEE en outre-mer : mars 2020
 
 
Réalisation : Lena Baraud (Comité français de l'UICN).
Avec l'équipe "Espèces" du Comité français : Madeleine Freudenreich, Emmanuelle Sarat, Clara Singh, Yohann Soubeyran et Florian Kirchner.

Ont contribué à la rédaction de ce numéro :
Claire Pusineri (Ocean Science & Logistic), Jérôme Bourjea (Ifremer), Anaële Sacchettini (OFB), Pascal Villard (indépendant), Laurent Barthe (SHF).

Crédits photographiques :
Tortue verte (© Fabien Lefebvre), Sotalie de Guyane (© Amandine Bordin / GEPOG), Tortue à Europa (© Jérôme Bourjea), Bateau de pêcheurs (© Anaële Sacchettini), Méliphage toulou (© Pascal Villard), Virus COVID-19 (CDC / Alissa Eckert, MS; Dan Higgins, MAMS), Paysage chinois (Domaine public - sasint, Pixabay), Océans (Domaine public - michasager, Pixabay).
 
 
Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Youtube
 
 
Conformément à la loi RGPD mise en application à compter du 25 mai 2018, vous disposez d'un droit d'accès de rectification, d'effacement et d'opposition aux informations personnelles vous concernant, que vous pouvez exercer auprès de communication@uicn.fr

Si vous ne souhaitez plus recevoir d'informations de notre part par email, vous pouvez vous désinscrire ci-dessous.
 
 
 
Copyright © 2020 Comité français de l'UICN. Tous droits réservés